Halloween

Puisque c’est ma première critique filmique ici et pour recontextualiser (ce que j’aime faire souvent), je vais préciser de suite que la saga Halloween et moi nous connaissons moyennement bien. J’ai vu l’original de Carpenter, sa suite (la première officielle), le 20 ans après, son remake et la suite du remake par Rob Zombie. Autant dire que j’ai évité les pires de la franchise si je me fie à ce que j’ai lu ça et là.

Concernant le cinéma d’horreur, je suis friand du genre et il faut bien avouer que sorties des remakes, suites, les propositions originales et surtout regardables sans se mettre la tête dans les mains sont rares. Le genre a énormément de mal à se renouveler. A croire que l’époque est trop désabusée, cynique pour lui permettre d’exister en dehors du toujours plus de gore, de gros plans sur les tripes. Et oui, les plans sur les corps dénudés existaient déjà avant.

Et là, je sens venir le : tu parles du film à un moment ou tu digresses sur le genre pendant tout l’article ?

Je vais commencer par rappeler la proposition de ce nouvel Halloween. Seul le premier Halloween de 1978 a existé et Mickaël Meyers (non, pas celui-là, l’autre avec le masque déformé de William Shatner qui est le capitaine Kirk dans Star Trek, mais les vieux pas les nouveaux films où c’est Chris Pine. Tu suis ?) est enfermé depuis 40 ans. Il va être transféré dans un établissement avec une cour moins sympa. 

A ce moment du film, je me demande si je n’ai pas déjà vu cette idée de 40 ans plus tard sans prendre en compte les suites. Après quelques minutes de recherche, ils ont fait la même avec Texas Chainsaw en 2013 et pour un résultat d’une nullité abyssale, sauf à vouloir plonger dans les yeux de l’actrice principale pendant tout le film (Ok, pas que les yeux).

Pour faire simple, le croquemitaine s’évade, tue tout le monde et à la fin… C’est la meilleure partie donc je ne dévoilerai rien. Sinon, Laurie Strode toujours jouée par Jamie Lee Curtis a une fille, une petite fille et vit recluse dans l’attente de la confrontation finale avec Meyers depuis 40 ans. Accessoirement, le film nous apprend qu’elle a divorcé deux fois, perdu la garde de sa fille et qu’elle a dû voir Terminator 2 en boucle depuis sa sortie. Elle est devenue badass Laurie. Meyers est égal à lui-même : mutique, brutal et implacable. Il a passé 40 ans à regarder le mur. On peut comprendre que dès qu’il a pu se dégourdir les jambes, il en a profité pour reprendre ses activités dans le massacre d’êtres humains. Pas de Dr Loomis parce que mort depuis longtemps, mais un fils spirituel qui fera le taf en lieu et place de son mentor. Il ne sert à rien sauf à tenter une vague scène de Syndrome de Stockholm aussi mal amenée qu’inutile.

Niveau scénario, c’est du basique et ça n’ose pas grand-chose. La confrontation tant attendue aurait pu/dû avoir lieu bien plus tôt et la perche est tendue à un moment. Mais pourquoi tu ne l’as pas mis dans ton film et oser le twist à la moitié du film ? Trop couillu, trop difficile de tuer certains personnages ? Parce qu’à moins d’être très très bon public ou complètement étranger au genre, le spectateur sait déjà qui va mourir ou survivre dès que les personnages sont présentés.

Pour parler des clins d’œil au premier film. Ils sont présents sans se sentir obligé de te mettre des gros coups dans les côtes pour te le dire. Et la réalisation n’est pas convenue, elle est totalement impersonnelle et fade. Le réalisateur n’ose rien en matière de tension.

Bien sûr que tout le monde sait que ça va finir en boucherie, mais je ne regarde pas un film d’horreur comme une comédie romantique. Je veux de la tension, un petit sursaut ou deux. Là, je suis resté calé au fond de mon canapé sans broncher.

Si je résume, la proposition n’est pas à la hauteur de l’exécution comme trop souvent pour les films de ce genre. Une suite est déjà plus ou moins annoncée parce qu’il a rapporté plein de sous. Autant dire que c’est reparti pour un tour. La suite de la suite qui est en fait la suite du premier film alors qu’il en existe d’autres.

Pour faire simple, il revient, va tuer tout ce qu’il peut pendant 1h30 et Laurie va se réenfermer pendant 40 ans. RDV en 2058 pour le combat de déambulateurs entre Meyers et Laurie.

 Réalisateur : David Gordon Green

Scénaristes : David Gordon Green, Danny McBride, Jeff Fradley

Acteurs : Jamie « True Lies » Lee Curtis, Judy Greer, l’inconnu avec le masque…

Musique : John Carpenter

Genre : Slasher qui aime les citrouilles

Année de sortie : 2018

 

 

Machiavel

Toujours à l'affût de ce qui peut piquer ma curiosité, peu importe le domaine avec une légère préférence pour les jeux vidéo, le cinéma, la littérature, les séries TV, les jeux de société, la musique, la gastronomie, les boissons alcoolisées et quelques autres petites choses . Ma curiosité est telle le tonneau des danaïdes, sans fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *