U.C.C. Dolores : La Trace des Nouveaux Pionniers

U.C.C. Dolores est le premier tome du Cycle du Cristal Rouge et surtout le premier album de Didier Tarquin en solo, loin de Lanfeust. Enfin, je dis solo mais il est épaulé par son épouse, Lyse, qui a travaillé sur les couleurs et le scénario. Autant vous dire qu’en tant que fan des sagas Lanfeust, je ne pouvais que me jeter dessus à sa sortie.

U.C.C. Dolores est donc un album servant à planter le décor de ce qui, je l’espère, sera une grande saga. On y suit Mony, une jeune femme qui a été recueillie par des sœurs de l’Ordre des Nouveaux Pionniers 18 ans auparavant. Seulement tradition oblige, il est temps pour elle de quitter son cocon pour affronter le monde et si possible répandre sa foi. Un monde qui, vous vous doutez bien, ne sera pas sans surprises pour la jeune innocente. Elle apprend tout d’abord qu’elle a hérité d’un vaisseau de guerre (allez, un petit effort et vous aurez son nom) avant de se rendre compte qu’il lui faut trouver un pilote au plus vite, sous peine de voir son bien confisqué. La voilà partie dans des quartiers glauques où elle fait la connaissance de Kash, une tête brûlée aussi belliqueuse que maligne. Ensemble, ils partiront vers les zones les plus dangereuses de la galaxie. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que le vaisseau recèle quelques surprises…

Voilà en gros le scénario de ce premier album qui, soyons honnête, est bien trop court ! A peine les bases posées et les personnages principaux présentés (le grand classique de la jeune femme innocente et du bourrin de service), c’est déjà la fin, sur un cliffhanger comme vous pouvez vous douter. La lecture est très fluide, on dévore page après page sans s’en rendre compte et se prend très vite à essayer d’imaginer ce qu’il se passera. Les principaux protagonistes se dessinent, on commence à comprendre comment cet univers SF fonctionne et on se demande où le couple va nous amener. Une chose est sûre, ils ont bien travaillé et nous offre un premier essai solide qui puise son inspiration ici et là. Le passé de D. Tarquin s’est penché sur son épaule à maintes reprises mais on pardonnera volontiers au dessinateur de faire… du Tarquin. Il est bien évidemment souhaitable que le duo prenne une voie bien personnelle et vole vraiment dans une direction qui lui sera propre. En l’état, U.C.C. Dolores est un très bon ouvrage, grand public, qui pose les bases solides d’un cycle Space Opera que je vais surveiller de très près.

Scénario : Tarquin, Didier et Tarquin, Lyse

Dessin : Tarquin, Didier

Couleurs : Tarquin, Lyse

Editeur : Glénat

Pages : 46

ISBN : 978-2-344-01772-2

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *