Lectures de la semaine #2

Je vous en ai parlé dans l’article des sorties de la semaine, la grosse sortie est bien évidemment Action Comics #1000. Personne ne veut rater ça. Certains pour lire la dernière histoire de Jurgens, d’autres pour lire la première de Bendis. Ou tout simplement pour l’événement. Ce numéro célèbre la naissance des super-héros tels que nous les connaissons. Il y a 80 ans et 1000 numéros apparaissait Superman dans Action Comis #1. Le début du Golden Age, l’âge d’or des comics. Le premier super héros moderne, qui sera bientôt suivi de personnages célèbres tels que Batman, Captain America ou encore Wonder Woman.

Ce numéro contient beaucoup d’histoires, pleins d’artistes ont pu contribuer et rendre hommage à Superman. Je l’ai bien sûr lu en entier et je l’ai bien aimé. Mention spéciale à l’histoire de Geoff Johns qui rend hommage à Action Comics #1 et sa célèbre couverture et qui réussit même à caser un clin d’œil à l’émission de radio des années 40 : « Up in the sky! Look! It’s a bird! It’s a plane! It’s Superman! ».

Et je ne vous parle pas de celle de Tom King, un auteur incroyable qui aura beaucoup d’exposition dans mes articles, deux de ses séries étant dans cet article …

Je ne vais pas créditer tous les artistes présents sur numéro, la liste est trop longue. Je vais juste m’intéresser à l’histoire qui m’a fait acheter ce numéro :

Comics VO

Action Comics #1000Action Comics #1000 – The Truth
Scénariste : Brian Michael Bendis – Dessinateur : Jim Lee – DC Comics – $7,99 – 18 avril

Fin d’année dernière, Bendis annonçait qu’il quittait Marvel après 17 ans de bons (pas toujours diront certains) et loyaux services. Et en plus, son départ était pour rejoindre la concurrence. Quel coup de tonnerre ! Tout le monde a donné son avis. Il faut dire que ces dernières années l’auteur a réussi à se faire détester. Ses X-men, Gardiens de la galaxie ou encore Iron Man ont peu convaincu et beaucoup de lecteurs ont fui les titres qu’il faisait. Pour ma part c’est ce que j’ai fait. Non pas que j’ai été déçu par son écriture, mais surtout parce que j’avais suffisamment de lecture pour ne pas me lancer dans des titres possiblement décevants. Mais cette fois, je me suis dis qu’il fallait y aller et suivre ses séries. Je me suis donc abonné à Actions Comics à partir du 1001 et au relaunch de Superman. Et oui, le monsieur aime écrire deux séries en même temps sur ses personnages. Nul doute que ça a été négocié à la signature.

Son run commence dans ce numéro 1000. Avec cette histoire, The Truth, un teasing qui annonce le fil conducteur du run de Bendis. Une révélation qui va chambouler complètement les bases de Kal-el… Ne connaissant que peu l’univers de Superman, je ne me rends pas compte de l’impact de cette nouvelle information. Et je me garderai de poser un jugement, je préfère donner mon avis sur du concret. Je jugerai sur pièce. C’est à dire sur le DC Nation #0 et la mini Man of Steel qui seront les prochaines sorties de Bendis. Pour le moment, j’ai apprécié ce que j’ai lu. Dans la continuité de ce numéro, avec l’histoire du slip rouge, puis un bon cliffhanger pour lancer la suite. La boucle est relancée.

Mister Miracle 8Mister Miracle #8
Scénariste : Tom King – Dessinateur : Mitch Gerads – DC Comics – $3,99 – 18 avril

Connaissez-vous les New Gods de Jack Kirby ? Si ce n’est pas le cas, vous allez bientôt les connaître car la Warner prépare un film sur ces héros. Pour ma part, je ne les connaissais pas vraiment. Je crois que c’est la première série que je lis sur ces personnages. Ce n’est pas donc Mister Miracle qui m’a fait venir sur la série, mais l’équipe artistique. La même que sur Sheriff of Babylon. Une autre série limitée en 12 numéros publiée chez Vertigo. Une série qui m’a marqué. Dès le premier numéro je suis tombé amoureux de l’écriture de Tom King. J’ai donc suivi les yeux fermés. Et je ne regrette pas. Quelle série ! Quelle story telling ! Quelle histoire ! Cette capacité à raconter une histoire avec les mots et en décrire une deuxième avec les images. Ce numéro 8, à l’instar du numéro 6 qui marqué le milieu de la série, nous raconte deux histoires en même temps. A chaque numéro, je suis totalement absorbé par ma lecture et une fois la dernière page tournée je prends le temps de souffler, conscient d’avoir lu une histoire extraordinaire. Si vous lisez de la VO, foncez ! Si vous lisez de la VF, patientez ! Nul doute qu’Urban Comics publiera un jour cette mini. En attendant, dites vous que vous avez de la chance car contrairement à la VO, le quatrième monde, l’histoire des New Gods, est toujours trouvable.

Batman 45Batman #45
Scénariste : Tom King – Dessinateur : Tony S. Daniel – DC Comics – $2,99 – 18 avril

L’autre série de Tom King ! Cette fois, c’est plus compliqué pour lui. Il ne fait pas l’unanimité. Il faut dire que son histoire est très décompressée. Il prend son temps. Certains de ses numéros sont plus graphiques et se parcourent rapidement. C’est parfois frustrant de refermer un comics après seulement 5 minutes de lecture… Pour ma part j’adhère. Tout n’a pas été parfait. Certains de ces story arcs n’ont pas convaincu. C’est vrai que par moment on avait l’impression que le scénariste se cherchait. Pour ma part, j’ai tout de suite trouvé que la vision du chevalier noir par l’auteur était romantique. C’est facile à dire maintenant que le numéro 50 arrive avec le mariage de Bruce et Selina, mais reprenez les premiers arcs et vous verrez les discours de Batman avec les autres personnages. Il y a ce côté romanesque dès le début. Reprenez les échanges avec Gotham Girl, qui sont très représentatifs du style de Tom King avec deux histoires racontées en même temps. Pour le scénariste, Batman est un héros romantique… Qu’en pensez-vous ?

Batwoman #14
Scénariste : Marguerite Bennett – Dessinateur : Fernando Blanco – DC Comics – $3,99 – 18 avril

Voici la 3ème série du Bat-verse que je suis. Batwoman par Marguerite Bennett. Cette série s’intéresse à l’année perdue (lost year). On découvre ce que Kate a fait pendant l’année après son renvoi de l’armée, avant de prendre le costume et devenir une des vigilantes de Gotham. Je vais être honnête, je ne sais pas quoi penser de cette série. Je ne suis pas totalement convaincu. Je ne suis pas passionné par l’histoire et je reste abonné par habitude. Pourtant l’auteur construit bien son histoire. Après 14 numéros, on retrouve des références aux numéros précédents, une intrigue qui se développe bien, mais je ne suis pas transcendé. Peut être parce que tout ce passe loin de Gotham et du reste de l’univers. Pourtant il y a eu quelques numéros très sympas, mais je crois que le problème c’est que je me fous du supporting cast, les autres personnages. Il ne m’intéresse pas. Je m’accroche encore parce que ce n’est pas mauvais, ce n’est juste pas la grande passion pour moi. On verra après cet arc. Je passerai peut être à autre chose…

Damage #4
Scénariste : Robert Venditti – Dessinateur : Cary Nord – DC Comics – $2,99 – 18 avril

Ah ! Voici une des nouvelles séries de DC Comics. Après avoir relancé toute sa gamme en 2016, l’éditeur a voulu diversifier ses titres en lançant 8 nouvelles séries avec de nouveaux héros mis en avant, le tout avec des équipes artistiques remplies de gros calibres de l’industrie. Je n’ai pas craqué pour les 8, tous ne m’ont pas fait rêver. Ici ce n’est pas les scénaristes qui m’ont convaincu, mais plutôt le personnage. Si vous avez l’impression de voir un plagiat de Hulk, c’est normal. Damage est l’alter ego d’un soldat qui, une fois transformé, devient pendant 1 heure un surhomme inarrêtable. Ça m’a fait marrer.

Ethan Avery s’est vu injecté un serum qui le rend capable de devenir pour un temps limité l’arme ultime. Envoyé dans les zones de conflits complexes, ne craignant rien, il débloquait la situation. Mais quand il s’est aperçu qu’il ne contrôlait rien une fois transformé en Damage, qu’il tuait plein de monde, il a décidé de s’enfuir.

Venditti fait tout pour intégrer son personnage dans l’univers : Damage a croisé la Suicide Squad, Wonder Woman et est maintenant opposé à Poison Ivy. Ca résonne avec le titre précédent non ? Contrairement à Batwoman, j’adhère. Sûrement pour ce tour d’horizon de l’univers. C’est rafraîchissant. On verra sur la longueur, mais pour le moment je passe de bons moments en lisant ce titre.

Rough Riders Ride or Die 3Rough Riders Ride or Die #3
Scénariste : Adam Glass – Artiste : Pat Oliffe – Aftershocks Comics – $3,99 – 18 avril

Premier comics à apparaître 2 fois dans mes lectures de la semaine ! Et ce n’est même pas un titre de l’un des Big Two … Rough Riders mérite d’être exposé parce qu’en tant que comics cette série fait tout ce que j’attends de ce média. Je ne lis pas un comics pour réfléchir, pour me poser des questions sur la société, je lis un comics pour m’amuser ! Prendre du plaisir, passer un bon moment. Et quand je lis un comics de Rough Riders, je m’éclate.

Dans ce 3ème numéro, on plonge encore plus dans les origines de Roosevelt et dans le surnaturel. On continue dans ce thème pour faire monter la pression avant le dernier numéro qui promet un final incroyable. Nos héros vont-ils réussir à sauver le monde encore une fois ? À suivre !

Simpsons #243Simpsons #243
Scénariste : Ian Boothby – Dessinateur : Jason Ho – Bongo Comics – $3,99 – 18 Avril

Mon péché mignon, les comics Bongo. Que ce soit sur les Simpsons ou sur Futurama. Vous ne pouvez pas savoir à quel point j’étais dégoûté quand ils sont décidé de sortir la majorité de leurs titres uniquement en numérique. Qu’est-ce que je m’éclate à suivre les aventures des habitants de Springfield. C’est délirant, débile, improbable et génial. Dans ce numéro Hank Scorpio, un méchant récurrent de l’univers, vient retrouver son seul ami : Homer Simpson. Au lieu d’essayer de diriger le monde, il décide de prendre le contrôle de Springfield et embauche son ami comme adjoint. Ce n’est pas l’histoire du siècle, mais c’était un bon moment de lecture. Essayez un jour de lire un comics Simpsons ou un Futurama. Vous verrez, c’est rafraîchissant,  ça fait le job. Un bon moment de détente.

Et vous ? Qu’avez-vous lu cette semaine ?

 

 

 

 

Archer Hawke

Champion du monde de procrastination obligé de créer des tableurs de suivi et des piles de lecture pour avoir l'impression de mieux profiter de son peu de temps libre.

3 pensées sur “Lectures de la semaine #2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *