Les dystoceptions vidéoludiques de SAAvenger

Il y a les jeux qu’on apprécie à différents degrés et puis il y a les jeux qui font parfois envie et puis déçoivent une fois entre les mains. Voici la petite liste de jeux pour lesquels je n’écrirai pas d’articles complets mais qui auront droit à une présence dans la liste des déceptions récentes :

On s’en fout un pneu.
  • Call of Duty : Black Ops IV. (Développeur Treyarch, Editeur: Activision) Comme indiqué sur un autre test j’avais abandonné les Call Of après le second épisode, trop arcade pour moi alors. J’ai repris avec le Cod WWII que j’ai grandement apprécié en ligne malgré de gros défauts (hitboxes, perméabilité aux cheaters, politique de DLCs qui divise la communauté déjà pas très nombreuse) et j’ai donc décidé de plonger, confiant, sur l’opus suivant. Mal m’en a pris. Certes, je n’ai pas encore testé le mode Zombie ou Black Ops donc je reviendrai peut-être dessus mais pour le multijoueur classique c’est loupé. Le problème des hitboxes est toujours présent mais on a perdu tout le fun de la customization des persos (pourtant gros point fort du COD WWII) elle est ici minimaliste et limitée à des skins sur des persos prédéfinis, l’apparition d’Ulti inspiré d’Overwatch n’apporte pas le même fun et est mal équilibré, tout comme les armes où c’est la foire totale, les classes disponibles sont peu intéressantes pour la plupart, ce qui rend chaque match identique ou presque vu que les mêmes personnages seront repris à chaque fois et les autres délaissés, les cartes très très petites et peu inspirées, le côté sonore très en deçà, le downgrade du tickrate des serveurs… Seul réel point positif, les animations peut-être. C’est nerveux certes et ça marche quand vous êtes encore fort jeune et aimez un clic clic one shot mais à part ça il y a assez de jeux sur le marché pour ne pas y perdre du temps. A éviter.
Pan pan piu t’es mort
  • Firefight : (Développeur/Editeur: Sean O’Connor) Ca n’intéressera pas grand monde à part SiGarrett mais un petit jeu de stratégie en temps réel offrant une expérience à la Close Combat, personnellement ça me faisait envie. J’ai pu tenter le coup grâce à Lustucuit alors que le jeu traînait dans ma wishlist depuis un bail, j’avais regardé des Let’s Play et j’étais assez confiant pour passer quelques heures sur un jeu de niche – travail d’un seul homme – que j’espérais malgré tout de qualité. Malheureusement, le jeu ne va pas au bout de ses idées. On est ici face à un jeu qui conviendrait mieux aux tablettes qu’au PC. En effet il se compose en tout et pour tout de 9 cartes différentes, chacune avec un set de scénarios qui permettent de jouer différentes factions avec différents objectifs (un drapeau à capturer ou à tenir). Pas de campagne donc ni d’objectif de défense, ce qui est un indicateur clair que l’IA est inexistante. Le nombre d’unité est assez faible mais c’est surtout son manque de profondeur tactique qui pèche. On dirige les unités via une règle qui permet de définir la position, l’orientation et la largeur (fixe pour les véhicules mais ça permet de déterminer l’espace de vos soldats, le nombre de maisons où trouver refuge etc), ce n’est pas très précis et ça demande un temps d’adaptation, hors l’IA se limite à attendre à des endroits stratégiques et à one shot vos unités dès qu’elles montrent le bout de leur nez. Ajoutez à cela l’incapacité des chars à détruire les maisons, l’imprécision maladive et la lenteur de l’artillerie et le manque de précision de positionnement (pas de gestion d’étages par exemple) ou même d’attaque (les chars peuvent s’acharner longtemps sur un pauvre type caché dans une haie sans l’atteindre) et on est face à une expérience par trop imprécise pour être agréable.
Un peu plus à gauche…Vous avez du à l’ail?
  • Stars in Shadows (Développeur: Ashdar Games , Editeur: Iceberg Interactive): J’aime bien les jeux spatiaux, j’ai pas mal de 4X dans ma biblio Steam et il faut bien l’avouer on a eu quelques bons jeux ces dernières années. Je pense à Masters of Orion qui, sans avoir la richesse de ses prédécesseurs, est léché et agréable à jouer ou à Polaris Sector ou encore Distant Worlds qui offre une richesse inégalée à ce jour. Bref si un jeu offre une nouvelle patte graphique et des mécanismes différents pourquoi pas ? Dans le cas de Stars in Shadows on est face à un jeu qui offre exactement ce que les autres offrent sans avoir quoi que ce soit en plus. C’est un peu la version simple du 4X. Pas assez de profondeur de gameplay, carte trop limitée, combats sans intérêt. Bref sans être réellement mauvais le jeu n’offre rien qu’un autre jeu n’offrirait en mieux. A éviter à plus d’un ou deux euros pour combler un ennui mortel et un backlog vide.
Insuficient Metal Insuficient fun

SA_Avenger

Le Belge taciturne du groupe, pas fan de quoi que ce soit mais touche-à-tout aux goûts éclectiques, amoureux du cinéma, de littérature et de chanson française à texte, bref un nostalgique invétéré. Ancien beta testeur hardcore, je joue encore régulièrement à des jeux obscurs aux règles complexes que je termine d'ailleurs rarement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *