Judgment: Apocalypse Survival Simulation

Je vous entends d’ici : « Ouais le mec il n’a pas eu sa dose avec MachiaVillain donc il se rabat sur un clone… ». Ce à quoi je vous répondrais que oui, c’est vrai, MachiaVillain m’a laissé sur ma faim et que ce n’est pas bien de juger. Sauf si vous avez un espace public pour le faire. Par exemple, j’ai tout à fait le droit de critiquer les choix d’Archer en jeux de société, vu que ce mécréant n’a toujours pas acheté Agricola. Mais bon, on s’éloigne du sujet et de nos démons du jour. Car oui messieurs dames, sous vos yeux ébahis nous allons aujourd’hui lutter non pas contre une invasion de zombies, non pas contre une invasion d’aliens mais bien contre une invasion démoniaque. Résumé du scénario : vous vous promenez dans la forêt avec des potes, pif les portes de l’Enfer s’ouvrent, paf vous êtes attaqués mais survivez et pouf vous décidez de monter un camping nudiste dans les bois.

Vous voilà donc, non pas à poil mais bel et bien démunis dans les bois, avec à peine de quoi tenir quelques jours. Il va donc falloir, de manière très classique, récolter de la nourriture et des ressources, construire des bâtiments pour accueillir une cuisine, des lits et divers ateliers et surtout vous défendre des vagues régulières de démons assiégeant votre base. Car Judgment: Apocalypse Survival Simulation porte bien son nom et votre laborieuse quête pour une relative aisance est tout sauf une partie de plaisir.

Chaque survivant sous vos ordres dispose de caractéristiques et de spécialisations propres, obligeant à une répartition intelligente des tâches. Un survivaliste aime couper du bois ? Parfait, il sera votre bûcheron attitré et gagnera de l’expérience plus vite. Cette répartition est la même que celle de MachiaVillain, à un détail près : chaque tâche est assignée individuellement. Et vos p’tits gars font vraiment ce que vous voulez qu’ils fassent. Et oui, ça fait deux détails. Vous êtes vraiment désagréable aujourd’hui…

Une fois votre petit monde répartit sur les tâches essentielles, vous vous dites que vos ouailles méritent mieux que de manger de la salade agrémentée d’eau et vous ouvrez l’arbre des technologies pour vous apercevoir qu’encore une fois, les développeurs de Suncrash sont allés plus loin que ceux de Wild Factor. Répartis en plusieurs catégories, allant de l’armement au craft en passant par l’ésotérique, histoire de rester dans la thématique, les différents arbres sont bien plus touffus et surtout moins frustrants : certes, les technologies les plus avancées sont longues à obtenir, mais comme il y a des dizaines de choses à faire en parallèle, cette attente passe quasiment inaperçue. Un bel exemple d’équilibrage, si vous voulez mon avis !

L’étape suivante, pour le joueur s’imaginant déjà débloquer la double gatling avec lance eau bénite intégrée, va être d’ouvrir la carte du monde et de sentir un mélange de désespoir et d’excitation l’envahir. Désespoir car les lieux à explorer sont innombrables et bien gardés, excitation car il va vite découvrir qu’il n’est pas seul et que d’autres campements se sont montés ici et là. Coopération ou raid vicieux pour piller les maigres ressources réunies par les autres humains ? Le choix vous appartient mais sachez que le commerce et surtout le recrutement de nouveaux survivants vont vite devenir vitaux. Car il va vous falloir bien entendu de plus en plus de main d’œuvre pour améliorer votre équipement et vos installations…

Pour nettoyer les alentours et récupérer de précieuses ressources, il va falloir monter une task force composée des survivants les plus adaptés au combat. Armés jusqu’aux dents, de bâtons et couvercles de poubelle au début, très vite remplacés par des arbalètes, fusils à pompes et autres armes ésotériques, ces courageux soldats vont parcourir la campagne et nettoyer de petits lieux pour récupérer des ressources, éliminer des patrouilles démoniaques ou libérer de pauvres hères enfermés dans des cages. Ce dernier type de mission n’est pas sans poser de souci car au contraire des autres, où l’on connait précisément le type de troupes défendant la zone, des vagues de monstres arrivent tant que vous n’avez pas évacué les lieux. Autant vous dire qu’il vaut parfois mieux laisser le pauvre type à son triste sort pour ne pas risquer la vie de vos gars.

 

Il y a de quoi s’occuper…

Et si tout cela ne vous occupe pas assez, vous vous apercevrez très vite que les colonies alentours n’hésitent pas à vous réclamer de l’aide, que ce soit sous la forme de dons de matières premières ou d’aide militaire. Et malheur à vous si vous ne les aidez pas et que vos relations deviennent inamicales : ils n’hésiteront pas à vous attaquer pour vous piquer vos jacuzzis et autres glacières chèrement craftés… Les ingrats !

Plus qu’à crafter les jaccuzis !

Le nombre de choses à gérer simultanément dans Judgement est donc très conséquent et oblige à une utilisation régulière de la pause, histoire de tout planifier à tête reposée. Heureusement que les développeurs ont pensé à intégrer un outil de résolution automatique des combats (sauf dans certains types de missions, comme la libération d’otage) fort bien fichu qui permet d’économiser un temps précieux et de ne pas gaver le joueur de petits combats inutiles et répétitifs. Car oui, les combats ne sont pas le point fort du jeu. Il y a bien un système de couverture, de détection et même de portée, mais comme tout est en temps réel, il suffit d’appliquer le même schéma tactique pour s’en sortir. Dommage, mais cela n’est absolument pas rédhibitoire.

Pour en finir avec le contenu, j’ai noté, avec le plus grand plaisir, que Suncrash a fait l’effort d’intégrer une campagne solo. Certes, le scénario n’est pas le point fort du jeu, mais les missions sont suffisamment variées pour ne pas rebuter le joueur. Une attention appréciable, et appréciée !

Normalement, à ce stade de l’article et si vous n’êtes pas allergique aux jeux de gestion, vous êtes déjà sur la page Steam et… vous regardez les vidéos et autres captures d’écran. Et vous dites que « punaise, c’est carrément moche ». Ce à quoi je répondrais, encore une fois, que ce n’est pas bien de juger sur le physique et qu’en fait on s’y fait très vite. Certes, vous ne prendrez jamais de screenshots pour remplacer votre fond d’écran mais le graphisme est clair et lisible et que cela permet au jeu de tourner sur toutes les configurations. Ce qui fait du jeu un candidat parfait pour jouer dans le train sur un vieux portable…

Riche, touffu même si guère original, Judgment: Apocalypse Survival Simulation est l’exemple parfait d’un projet bien mené. Sorti très propre d’accès anticipé, il ne souffre d’aucun défaut majeur et est sérieusement suivi (pour le moment) par ses développeurs. Certes, il reste en deçà de Rimworld dans le cœur des amateurs mais si comme moi vous ne voulez pas toucher à cette référence tant qu’elle ne sera pas en version finale, alors le bébé de Suncrash est le candidat idéal. Il ne révolutionnera pas le paysage vidéo ludique mais dispose de base tellement solides qu’il faut être de mauvaise foi pour ne pas l’apprécier.

 

 

Genre : Simulation, stratégie, survie

Développeur : Suncrash

Éditeur : Suncrash

Date de parution : 3 mai 2018

 

Site officiel : http://www.judgmentgame.com/

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *