Jeux de Société 2018 : le Top de Machiavel

Un an déjà que les jeux de société ont pris une place importante dans mes loisirs. Après plus de 730 parties comptabilisées, je pourrais sortir mes coups de cœur, mais je vais m’astreindre à des jeux sortis cette année :

Santorini : Pas fan des jeux abstraits en général, même si je (re)découvre le jeu d’échecs par l’intermédiaire de mon travail. Santorini est un jeu abstrait malgré son matériel qui fait tout pour faire croire le contraire. Le but est simple : monter sur le troisième étage d’une construction pour gagner.

Les règles aussi : le joueur déplace un de ses deux ouvriers puis a le droit de construire un étage autour de lui. Seule contrainte, il ne peut monter que d’un étage. Rien qu’avec cela, le jeu tient parfaitement la route. Et pourtant les auteurs ont ajouté des cartes qui ajoutent un pouvoir particulier (construire sous ses pieds, se déplacer de deux cases). La rejouabilité explose, la stratégie aussi puisqu’il faut gérer son propre pouvoir et celui de son adversaire sous peine de voir la victoire s’échapper par défaut d’attention.

Petite remarque : le jeu est clairement pensé pour deux, mais on peut jouer à plus.

L’extension étant dispo aux US. Il faut espérer qu’elle traverse l’océan rapidement.

Robinson v2 : C’est le jeu que j’attendais le plus cette année et je ne suis pas le seul vu son succès. Hâte d’ajouter l’extension à venir et peut être la seconde sortie récemment en VO.

A mon grand regret, une seule partie au compteur et en plus, avortée. Parce que le jeu est velu, sans pitié et pourtant, il s’en dégage un truc incroyable. Il a pas mal de défauts : mise en place assez longue (avec de l’organisation, ça se réduit), punitif, avec une durée de partie avoisinant les 2H et un livret de règles dense, effrayant même.

Et pourtant, il a un potentiel immersif tellement fort et une fois les mécaniques comprises, il est fluide et promet de vivre une aventure aussi punitive que passionnante. Je reviendrai en parler quand j’aurai plusieurs parties seul ou à plusieurs.

Voodoo prince : Le genre de petit jeu qui passe inaperçu très facilement. Pour moins de 10 €, variation sur le thème de la belote / bataille avec un système très malin où être le premier ou le dernier ne fait pas de vous le gagnant. Il faut jongler entre la prise de risque et la sécurité pour engranger un max de points. Un jeu de plis passé inaperçu qui mérite le coup d’œil.

Facile à expliquer, encore plus à jouer et les illustrations sont particulièrement réussies. Un article plus développé à venir.

Les bonnes surprises : Cubirds, Zombie Kidz Evolution, Histoires de Peluches, Cerbère, Plouf Party qui devraient faire l’objet d’articles en 2019.

Et comment ne pas mettre un petit paragraphe sur le fait que Kickstarter / Ulule m’ont pris dans ce piège du financement participatif avec pas moins de cinq projets persos et un pour le boulot qui sont prévus pour 2019 : Volfyirion par sa proposition alléchante (9€ au lieu de 20), Skulk Hollow et son gameplay asymétrique excitant (une bande de renards contre un gros monstre), Rallyman GT qui promet des courses endiablées, Mys’tic qui propose de découvrir la mythologie grecque par le jeu (j’ai aussi pris les deux dynasties pour le boulot et convaincre des collègues que l’on peut apprendre par le jeu) et enfin Tainted Grail qui revisite le mythe arthurien dans un jeu narratif (ui, c’est certain qu’il ne sortira pas en 2019).

Dans les projets que “j’ai failli craquer mais non, ce n’est pas raisonnable” : Reichbusters, Assassin’s Creed Board Game, Officilanis.

Pour 2019, je vais essayer de jouer encore plus, acheter (beaucoup) moins de jeux même si j’ai une wishlist qui ne fait que s’allonger et en revendre/donner quelques-uns.

Machiavel

Toujours à l'affût de ce qui peut piquer ma curiosité, peu importe le domaine avec une légère préférence pour les jeux vidéo, le cinéma, la littérature, les séries TV, les jeux de société, la musique, la gastronomie, les boissons alcoolisées et quelques autres petites choses . Ma curiosité est telle le tonneau des danaïdes, sans fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *