Football Manager 2019

Football Manager, ou l’angoisse du testeur… Comment parler, année après année, d’un jeu qui évolue si peu ? Comment ne pas être tenté de reprendre discrètement le texte de l’an passé, modifier la date en rajoutant deux-trois bricoles et poster ça ni vu ni connu ? C’est difficile et, à l’instar des développeurs de SI Games qui se la jouent fainéants, j’ai décidé que ce serait service minimum pour la cuvée 2019.

Football Manager est un jeu de gestion de club de football qui existe depuis…. pfiou, au moins tout ça et qui revient chaque année à la rentrée scolaire, une fois les derniers transferts effectués, histoire d’avoir l’immense, la monstrueuse base de données à jour. Des dizaines de milliers de joueurs sont modélisés et constituent le point fort du jeu, avec la possibilité de jouer quasiment n’importe quel championnat. C’est phénoménal niveau contenu, surtout que des fans acharnés font la même chose de leur côté pour mettre à jour les anciennes versions. Pourquoi changer de version alors, me demanderez-vous ?

A cette question, je n’ai malheureusement pas de réponse tranchée. Enfin si, j’en ai une mais elle ne va pas plaire à SI Games : ne changez pas. Les nouveautés introduites dans chaque itération sont tellement légères qu’on se demande si les développeurs ne se moqueraient pas un peu de nous. Oui, je sais, là aussi il y a une réponse claire…

Football Manager cuvée 2019 a donc débarqué en fin d’année dernière avec des ajouts qui, s’ils sont bienvenus, ne seront vraiment exploités que par les fans les plus hardcore. Au menu ? Une refonte du système d’entraînement, enfin exploitable par le commun des mortels et bien plus clair et intuitif. Il est désormais bien plus facile de suivre les évolutions de ses joueurs et d’orienter les jeunes vers un profil plus adéquat.

Deuxième grosse nouveauté, le système de tactiques s’est étoffé et permet maintenant de définir le comportement de vos joueurs selon si l’équipe a la balle ou pas, de paramétrer des comportements types selon l’évolution du match (on gagne 3-0 ? Jouez plus défensif et autres scénarios…), en clair de passer des heures à peaufiner tout cela. Le nombre d’options est un peu vertigineux et à mon avis les fous furieux vont très vite mettre sur le workshop des aides pour les débutants.

Le reste du jeu est, de ce que j’en ai vu, quasiment identique au précédent, avec ses défauts parfois énervants. Il est toujours aussi difficile de vendre ou d’acheter un bon joueur (à moins de multiplier par 10 sa valeur), les blessures sont toujours aussi nombreuses, les conférences de presse toujours pénibles et il y a une foule d’informations pas toujours intéressantes (oui je parle de toi, onglet des réseaux sociaux). Les vieux briscards seront donc comme à la maison, dans leurs vieilles pantoufles et en robe de chambre.

Ca va, pas trop abusé le prix demandé ?

Vous l’aurez compris, la série évolue si peu qu’il n’est pas très handicapant de ne l’acheter qu’une fois tous les trois ans. Cela permet en plus, quand on a d’autres jeux et qu’on n’est pas monomaniaque, de modeler son expérience. Si c’est sympa de prendre les commandes d’une grosse écurie le temps de faire une équipe de rêve, je pense qu’il est plus gratifiant de se fixer un vrai challenge.

Pour ma part, j’ai pris (sur la version 2018) Stirling, un petit club d’Ecosse que j’essaie d’amener au plus haut niveau. Comme je ne passe pas mes journées sur le jeu, cela me prend des mois et je n’ai bien entendu pas atteint mon objectif à l’arrivée de la version 2019… Sur laquelle j’ai bien envie de me tenter une partie avec Bordeaux où je n’achèterai personne, ou juste des jeunes pour préparer les années à venir. Cela va être tendu vu l’effectif des Girondins, mais ça va être fun, surtout depuis la refonte de l’entraînement !

Donc Football Manager 2017, 2018 ou 2019, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Gardez votre argent pour un opus qui vaudra vraiment le coup et ne vous en faites pas, vous ne ratez rien en ignorant celui-ci. A moins bien sûr que vous n’adoriez recommencer inlassablement vos parties et que vous avez de l’argent à jeter par les fenêtres. Dans ce cas contactez-nous, on pourra vous aider !

Genre : Simulation, sport

Développeur : Sports Interactive

Éditeur : SEGA

Site officiel

Version presse fournie par l’éditeur.

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...