Flash Point: Fire Rescue

« Mais si ma chérie il faut sauver le gars en premier. »
« Mais non, on s’en fout de lui, il y a le chat dans la cuisine ! »
« Mais il va nous falloir 3 tours pour le sortir, alors que l’autre gus est juste à côté de l’ambulance. On ne va pas tarder à prendre la maison sur la tronche en plus. »
« M’en fiche, j’y vais ! Débrouille-toi ! »

Les lieux à notre arrivée…

Voilà comment on pourrait résumer une partie de Flash Point, le jeu coopératif où les pompiers doivent sauver en priorité les chats de maisons en feu. Sorti en 2011 grâce à Kickstarter, Flash Point est un jeu de Kevin Lanzing qui s’est vu étoffé de multiples extensions au fil des ans, allant du simple rajout de pompiers à de nouveaux environnements comme des bureaux et même un sous-marin dans Dangerous Waters.

Chaque joueur dirige un soldat du feu et doit collaborer avec ses petits camarades pour sauver au moins 7 personnes (ou animaux) d’un bâtiment en feu avant qu’elles ne soient transformés en petits tas de cendre ou que tout ne s’écroule sur elles. Son thème fort, avec des petits pompiers en plastique tout choupinous et ses règles simples en version familiale en font un jeu idéal pour initier le petit cousin ou le beau-frère. A la manière d’un Pandémie, chaque pompier dispose d’une certain nombre d’actions possibles à chaque tour : éteindre un feu, se déplacer, abattre un mur… Si les règles familiales se contentent de personnages génériques, il est à noter que les règles avancées, qui haussent le niveau de difficulté sans vraiment complexifier les parties, permettent d’incarner des pompiers spécialisés : un éteindra plus facilement les feux tandis qu’un autre se déplacera plus vite par exemple. Cela offre de toutes nouvelles possibilités et relance l’intérêt du jeu car il faut découvrir les bonnes synergies.

Le camion a éteint la plupart des flammes.

Sur un plateau divisé en cases représentant une maison avec son mobilier, ses murs et autres portes, nos héros vont donc s’organiser pour optimiser leurs déplacements et combattre le feu. Car voyez-vous, celui-ci avance à chaque tour grâce à un jet de dés qui détermine sur quelle case va être placé un token de fumée. Si la case est vide, tout va bien, la fumée reste inoffensive. Par contre, si la case est occupée par un autre token de fumée, c’est un départ de feu ! Et si c’est un marqueur de feu qui est présent, il y a carrément une explosion qui propage le feu, tue les civils présents sur les cases traversées et endommage les murs. Cerise sur le gâteau, de la fumée à côté d’un feu se transformera automatiquement en feu… Vous l’aurez compris, la situation peut passer d’un « c’est bon on gère » à « punaise c’est la catastrophe » en quelques tours. Par-dessus tout cela, vous pouvez rajouter des produits inflammables qui explosent si exposés au feu et surtout des « points d’intérêt », ces fameux civils qu’il vous faut sauver. Comme les concepteurs sont aussi de petits rigolos, les tokens représentants les victimes sont placés sur leur face représentant un point d’interrogation, ce qui veut dire qu’il va falloir aller jusqu’à eux pour savoir s’ils représentent réellement un civil ou s’ils ne sont qu’une fausse alerte. Et quitte à mentionner les mauvaises surprises, chaque édifice dispose de points de structure, matérialisés par des cubes noirs. Lors d’une explosion, ou si un pompier donne des coups de hache dedans, un mur est endommagé. Au bout de deux points de dégâts, il est considéré comme détruit et peut laisser passer les pompiers et… le feu. Il peut être tentant donc de faire des trous partout pour se déplacer plus vite de pièce en pièce. Malheureusement pour les destructeurs en herbe, si le pool de cubes noirs se tarit, le bâtiment s’écroule et vous perdez la partie.

Une fausse alerte ! Tant pis, on va s’occuper des matières dangereuses.

Face à tout cela, vos pauvres pompiers ne sont pas démunis. Ils ont à leur disposition un camion avec une lance permettant d’arroser de grandes zones et de changer de rôles, une ambulance où ramener les survivants et surtout de capacités spéciales. Notons également la possibilité de conserver des actions inutilisées pour le tour suivant, une idée fort pratique. Dans les rôles indispensables, citons le pompier spécialisé dans l’extinction des feux (il a 3 points spéciaux gratuits rien que pour cette tâche) et le préféré de ma femme, le « coureur » qui dispose quant à lui de 3 points de mouvement gratuits, bien utiles pour transporter les victimes (cela double les points de mouvements nécessaires pour avancer). C’est l’équipe que nous utilisons le plus souvent avec mon épouse et elle tourne très bien, chacun ayant sa mission et s’investissant plus qu’en mode familial où les gens rechignent bien souvent à passer leur temps à lutter contre les flammes.

Les vaillants soldats du feu.

Flash Point est donc un jeu hautement recommandable, accessible et fun. Le mode familial est parfait pour s’initier mais très vite les joueurs vont en vouloir plus, surtout qu’il y a plusieurs niveaux de difficulté. Se concerter pour savoir comment gérer le feu tout en ne traînant pas pour sortir les victimes, réagir aux coups durs quand les explosions s’enchaînent, il n’y a pas vraiment de moments de répit et même si parfois on a l’impression de maîtriser les événements, le jeu punit notre arrogance en quelques jets malheureux. Un côté chaotique et imprévisible qui matérialise parfaitement le comportement du feu…

Après une douzaine de parties, nous n’avons pas encore eu l’envie de passer sur les extensions, ce qui prouve que la rejouabilité est là, quel que soit le nombre de joueurs. Les deux niveaux des règles permettent de sortir le jeu en toutes circonstances et je vous recommande de ne pas vous appesantir sur le mode familial et ses pompiers génériques. Le succès de Flash Point est donc amplement mérité et il se doit d’être présent dans toute ludothèque qui se respecte. A moins que sauver de pauvres chatons d’une maison en feu ne vous intéresse pas. Et dans ce cas-là, je me demande si vous avez une âme… Monstre !

 

Auteur : Kevin Lanzing

Artiste : Luis Francisco, George Patsouras

Editeur : Indie Boards & Cards

De 1 à 6 joueurs

45 minutes

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *