Dead in Vinland

Le volet précédent m’avait amusé…une heure ou deux mais il me faisait plus penser à un jeu où on drag & drop les personnages sur des emplacements et on fait next turn comme sur un jeu tablette. Bref je n’étais pas super emballé mais le principe de survie en groupe et le côté viking m’interpellaient.

Qu’est-ce qu’on s’amuse!

J’ai donc lancé Dead in Vinland plus dans l’optique chill & relax plus qu’autre chose. Et je dois dire que j’ai pas mal apprécié l’expérience cette fois-ci. Déjà parce que le début est assez difficile, vous n’avez rien, vos quatre personnages doivent arriver à collecter suffisamment de vivres, d’eau et de matériaux pour pouvoir améliorer leur campement et survivre un jour de plus. Chaque jour se décompose en quatre phases, le matin et l’après midi où vos personnages « travaillent » – ce qui leur coûte de la fatigue et les déprime… le travail quoi – le soir où vous pouvez tout vérifier avant la nuit, particulièrement l’état du feu et la nuit en elle-même où vos personnages en profitent pour taper la causette, se s’hydratent et cassent la croûte avant de dormir du sommeil du juste.

La faim, la fatigue, la dépression tout influe sur les stats

Evidemment chaque personnage a des compétences qui le rendent plus ou moins efficace à chaque type de job, plus ou moins sensible aux blessures ou aux maladies et à la récupération face au sommeil et autres afflictions. Bref certains seront le fer de lance de certaines activités, d’autres joueront plus le Jack of all trade dans votre camp et il faudra bien calculer pour que les activités soient faites dans un ordre pratique. Par exemple, si vous chassez l’après-midi vous n’aurez plus le temps de cuisiner avant la nuit, si vous oubliez de planter des graines la veille au soir votre jardin prendra un jour de retard, idem pour les pièges etc.

Il faudra aussi explorer les alentours, qui permettront parfois de découvrir des objets et d’autres fois seront des sortes d’événements où vos compétences seront mises à l’épreuve et vous pourrez bien sûr risquer de tomber sur des ennemis qui, s’ils vous détectent, déclencheront un combat. Ajoutez à cela un ennemi principal qui débarque dans votre camp de fortune assez tôt, vous fout la pâtée en trois coups, vous envoyant à l’infirmerie pleurer votre maman et vous obligeant à lui fournir un tribut par semaine.

Apparemment le DLC permet de varier les découvertes sur la carte mais quoi qu’il en soit il faut un certain temps pour tout découvrir.

Bref le début est assez chaud même si vous pouvez avoir plus ou moins de chance aux tirages de dés ou aux découvertes de matériaux.

Au fur et à mesure vous agrandirez et améliorerez votre camp, augmenterez vos compétences qui vous faciliteront la vie et accueillerez de nouveaux personnages dans votre camp, avec parfois possibilité de conflits, partage de connaissance ou même de romance.

Aux petits soins pour nos lecteurs!

Assez simple dans les faits, le jeu offre quand même une assez grande variété d’actions et quelques moments bien tendus (j’ai pour ma part bien compliqué ma partie vu que je n’avais pas vu qu’on pouvait focaliser la station de soin pour éliminer les maladies et tout mon camp était à la limite de mourir de toux, diarrhée ou autres saloperies lorsque j’ai enfin découvert l’élément salvateur) surtout que les ressources ne sont pas infinies (en fait si mais une utilisation répétée d’une même station entraînera une perte d’efficacité des collectes et de l’utilisation)

Venez à moi les petits moutons!

A mes yeux, c’est donc un jeu bien plus complet et intéressant que Dead in Bermuda. Après il n’est pas parfait et certaines choses mériteraient d’être améliorées. Déjà rien que le temps, on a le beau temps, la sécheresse, la pluie ou la tempête (avec chacun ses effets positifs et négatifs, la pluie est super pratique pour refaire vos réserves d’eau évidemment) mais pas de neige, pour un jeu Viking ça fait pauvre. Les tests de compétences sont aussi parfois frustrants, outre le fait qu’il faille attendre le résultat même quand vous avez 100% de chance de réussite, j’ai souvent raté des jets avec plus de 80% de chance de réussite, une fois why not mais plusieurs fois de suite ça m’a un peu titillé. Le tempo est aussi assez lent, certes vous pouvez accélérer une phase mais vous n’aurez pas de résumé à la fin hors il faut une vision bionique pour arriver à lire tout à la vitesse où tout défile si vous poussez le petit bouton avance rapide, en plus il faut le pousser plusieurs fois entre chaque moment décisif… vous accélérez le temps, ah il faut faire boire vos personnages, vous leur donnez à chacun un litre d’eau comme ça ils n’ont plus soif mais il faut ré-accélérer car le jeu va calculer à chaque fois si le perso n’a plus soif en vous indiquant un résultat positif par un « gloups » sonore. Un peu too much sur le coup. Autre desiderata : que ce soit pour les romances ou les interactions entre personnages, celles-ci se suivent de manière très régulière avec toujours une préséance pour l’arrivée d’un nouveau personnage, une fois arrivé à une conclusion ou à un choix le jeu ne vous en parlera plus. Je pense particulièrement à un événement où on tente de convaincre une femme de quitter son mari : si vous ratez le test voilà c’est fini…On ne parlera plus jamais de leur relation dans le jeu.

Cette ambiance de folie!

Même chose pour les romances, une fois « résolues » c’est fini on a un bonus/malus et puis basta. Ce qui fait que la « fin » du jeu traîne un peu en longueur, vos personnages ne parlent plus entre eux, le camp semble mort et l’immersion est brisée. C’est triste car il y a encore d’autres personnages sur la carte mais le camp est limité à 10 personnages et il faudrait donc en sacrifier certains pour faire de la place à d’autres, or après avoir longuement entraîné vos poulains et obtenu un roulement efficace, tout remettre en question juste pour quelques événements semble ne pas valoir la peine.

Nous on peut fouetter personne mais l’IA oui. C’est déjà ça!

Les combats sont sympathiques, chaque personnage ou presque a son style de combat et ses compétences prédéfinies. Certes vous vous focaliserez vite sur les plus efficaces vu que c’est du 3v3 maximum mais le style reste agréable, j’aimerais juste avoir une avance rapide pour cette partie aussi afin de ne pas devoir attendre pendant que l’IA se buffe pour la centième fois. Il y’a des buffs possibles mais pas de réel équipement à améliorer cependant, dommage.

On regarde pendant que l’IA se fait une mousse.

Les devs ont récemment sorti un DLC qui permet de créer ses propres personnages et de randomiser le jeu, ce qui devrait amener un peu de rejouabilité mais j’avoue ne pas l’avoir testé et ne pas savoir si on garde quand même une partie d’interactions entre personnages et si celle-ci s’étoffera dans le futur.

Au final on est donc face à un petit jeu très sympathique, pas parfait loin de là mais qui permettra sans soucis de passer une dizaine d’heure ou plus à faire évoluer votre camp tout en évitant de se faire maudire par les Dieux Nordiques. A acheter en soldes cependant je pense.

Salut, chat roule?

 

Développeur : CCCP

Editeur : Playdius

Date de parution : 12 avril 2018

Page steam

SA_Avenger

Le Belge taciturne du groupe, pas fan de quoi que ce soit mais touche-à-tout aux goûts éclectiques, amoureux du cinéma, de littérature et de chanson française à texte, bref un nostalgique invétéré. Ancien beta testeur hardcore, je joue encore régulièrement à des jeux obscurs aux règles complexes que je termine d'ailleurs rarement.