Mayans M.C.

Dire que Mayans M.C. aura pris son temps pour arriver sur les écrans est un euphémisme. Dans mes souvenirs, il a été annoncé au moment de la diffusion de la dernière saison de Sons of Anarchy, dont il est le petit frère.

Kurt Sutter (Créateur/acteur de SoA et scénariste/acteur sur l’excellentissime The Shield) a pris son temps pour peaufiner l’ensemble ou l’échec critique et public de la très mauvaise série The Bastard Executioner a freiné l’arrivée de la série. Je ne me suis pas penché sur les raisons, mais elle est là maintenant.

Mayans M.C., c’est l’univers de SoA près de la frontière mexicaine. Un changement dans la continuité puisque l’on suit toujours une bande de motards. La différence vient du fait que l’on suit EZ (à prononcer izi) qui sort de prison et rejoint le clan de motards où son frère est un membre actif. Sa libération a été conditionnée par la récolte d’informations pour les fédéraux. En somme, c’est un mouchard avec une capacité spéciale : il a une excellente mémoire.

Au fil de la saison 1, on apprend plus sur les raisons de son emprisonnement. Il a tué un flic par accident. De plus, on retrouve quelques personnages de SoA pour un caméo (bonjour, au revoir) ou un peu plus comme le grand chef des Mayans. D’autres personnages gravitent autour et la série n’échappe pas au cliché de la petite amie du héros devenue la femme du “grand méchant” pendant que le héros évitait de faire tomber son savon dans la douche. Des gentils rebelles, des flics pourris, des lourds secrets, de la famille et de la virilité, mais pas trop. 10 épisodes et une saison 2 prévue.

Alors c’est bien ?

Je ne peux pas écrire que je n’ai pas aimé, comme adoré. C’est typiquement le genre de série que je regarde en mode no brain parce que ce n’est jamais franchement palpitant. Tout est téléphoné et ça rejoint la série mère dans ses pires travers. A savoir qu’au moment où il faut poser ses couilles sur la table, il n’y a plus personne. Les personnages principaux sont censés être des motards badass et le chef du cartel, un vrai dur, mais au final, ils ont un cœur guimauve. On se croirait dans les Bisounours ont leur permis moto. Au-delà de la violence souvent gratuite et facile, il n’y a pas ce qui faisait la force de la première saison de SoA : la promesse d’une série sans concession dans un univers où la violence et la virilité prennent le pas sur le reste.

Dans mes rêves les plus fous, je voyais bien Mayans M.C. réussir là où SoA a échoué en dépeignant cet univers avec crudité et radicalité. Alors oui, il y a de la moto, de la chique et du mollard, de la violence et de la course poursuite, mais rien qui touche le spectateur, qui l’amène à s’interroger sur ce monde dépeint, qui met en exergue une certaine vision du monde.

La seule originalité vient d’un tic de réalisation : chaque épisode est parsemé de scénettes où un animal intervient et peut parfois interagir avec les protagonistes humains.

Qu’attendre de la saison 2 ?

Pas grand-chose pour l’instant. Je ne demande qu’à être surpris même si j’ai de sérieux doutes. Je la regarderai en mode pépère comme SoA en son temps en oubliant ce qu’elle aurait pu être.

 

Série : Mayans M.C. (La petite sœur de Sons of Anarchy)

Créateur : Kurt Sutter.

Distribution : Y a pas Ron Perlman donc je n’ai pas cherché plus loin. Acteurs souvent en recherche d’une potion de charisme comme Charlie Hunnam.

Episodes : 10 diffusés sur FoX et sur Canal+.

Saison 1 terminée et seconde en préparation.

Machiavel

Toujours à l'affût de ce qui peut piquer ma curiosité, peu importe le domaine avec une légère préférence pour les jeux vidéo, le cinéma, la littérature, les séries TV, les jeux de société, la musique, la gastronomie, les boissons alcoolisées et quelques autres petites choses . Ma curiosité est telle le tonneau des danaïdes, sans fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *